janvier 2017

Idées suicidaires, tentatives de suicide et suicide. Les noirs aussi sont concernés

No comments

Le suicide comme réalité peut être considéré comme un sujet « tabou » dans les communautés d’origine africaine. Tout le monde sait que ça existe, mais on n’en parle pas ou alors très peu. Quand bien même nous apprenons qu’une personne  s’est donnée la mort, nous sommes surpris d’apprendre que cette personne était d’origine africaine.

Il est assez difficile pour beaucoup d’entre nous de comprendre qu’une personne puisse se suicider. Et cela peu importe le problème qu’il peut avoir ou la souffrance dont il peut être victime. Nous tombons en général très vite dans le jugement et les préjugés. On l’accuse d’avoir voulu faire comme les « blancs », parce que nous les noirs, on ne se suicide pas.

Cette croyance, bien ancrée dans l’inconscient collectif, trouve ses origines dans notre éducation et notre rapport à la mort.

Il y a quelques années, j’ai assisté à une scène qui m’a beaucoup impressionnée. Un voisin avait été retrouvé mort et son corps était exposé dans sa cour. La foule s’empressait autour du cadavre, qui était par terre, sans cercueil. Ce qui m’a frappé à l’époque, c’est l’ambiance qui régnait dans cette cour. Personne ne pleurait, pas même sa famille. Les visages étaient soucieux, interrogateurs, renfrognés. C’était du « jamais vu », pour employer l’expression des badauds.

blackpsyIdées suicidaires, tentatives de suicide et suicide. Les noirs aussi sont concernés
Lire la suite

Lettre de rupture à une amie de longue date, la rancune

2 comments

Rancune, ma très chère amie,

Ça fait bien longtemps que tu m’accompagnes dans cette traversée qu’est la recherche de vérité, la quête de justice. Sans toi, je n’aurais jamais cherché à comprendre, ni à réparer. J’ai grandi en me disant: « ils paieront » pour m’avoir enlevé ce que j’avais de plus précieux, ils paieront pour avoir changé le cours de mon destin.

Cette conviction est devenue ma raison de vivre, ma principale motivation.

Ah chère amie! comme j’ai cru que je me sentirais mieux le jour où mes vœux seront enfin exaucés. Je leur ai souhaité le pire, j’ai prié pour qu’ils souffrent, j’ai échafaudé mille et un plans de vengeance… pour le jour où je les aurais enfin en face de moi.

Le moment venu, j’ai posé des questions, beaucoup de questions, et j’ai exigé des réponses. J’étais sûre que la vérité me libérerait, j’étais certaine que j’arrêterais de souffrir quand je saurais enfin ce qui s’était vraiment passé. J’ai longtemps cru que la vie était juste et que les coupables seraient punis, un jour ou l’autre.

J’en ai voulu à la terre entière, et j’ai crié à l’injustice tellement fort que j’en ai perdu la voix. Il était hors de question qu’ils soient heureux alors que moi, je ne l’étais plus. Il fallait qu’ils paient.

Et c’est là que je t’ai rencontrée.

blackpsyLettre de rupture à une amie de longue date, la rancune
Lire la suite

Enfants maltraités, battus et humiliés, les conséquences sur leur vie d’adulte

No comments

Dans la majorité des cultures traditionnelles « africaines », il est de bon ton de « corriger  » un enfant quand il fait des bêtises ou s’avère désobéissant.Toutefois, les parents ne sont pas toujours les seuls à administrer ces punitions. L’éducation étant souvent collective, les frères, sœurs, cousins et cousines plus âgé(e)s, ainsi que les oncles, tantes et grands-parents, peuvent endosser une fonction parentale envers tous les enfants de la famille.

Dans ce contexte, la punition est censée donner une leçon afin que l’enfant ne répète pas ce qu’on lui reproche et qu’il se comporte de manière conforme à ce qui est attendu de lui. On peut parler d’apprentissage par conditionnement.

Malheureusement, en l’absence de contrôle social et de sanctions envers les adultes qui abuseraient de ce pouvoir, certains actes ont souvent été au delà de la dimension corrective et de ce fait, se sont inscrits dans ce qu’on pourrait qualifier de maltraitance infantile.

blackpsyEnfants maltraités, battus et humiliés, les conséquences sur leur vie d’adulte
Lire la suite

A toi, qui en veut encore à ton père ou à ta mère d’avoir été absent(e), ou de t’avoir blessé(e)

22 comments

La qualité des relations affectives que nous avons entretenues (ou pas) avec nos parents constitue avec le temps, l’empreinte qui influencera nos choix amoureux et notre comportement relationnel une fois devenus adultes.

Les conflits non résolus, les émotions réprimées,la rancune, et les non-dits sont autant de facteurs qui nourrissent la souffrance de l’enfant qui est en chacun de nous.

Certains parents ont été absents, voire inexistants. Parfois même, on ne les a pas connus. On en a souvent entendu parler sans pouvoir y mettre un visage , ou y accrocher un parcours de vie.

D’autres encore sont décédés, partis trop tôt avant qu’on ait eu le temps de les connaître, de les aimer suffisamment et de nous laisser aimer par eux.

Ceux qui ont été présents n’ont pas toujours fait les bons choix, ni eu les bonnes attitudes envers nous.

blackpsyA toi, qui en veut encore à ton père ou à ta mère d’avoir été absent(e), ou de t’avoir blessé(e)
Lire la suite