Immigration, choc culturel et stratégies d’adaptation en terre étrangère – Reconstruire ou préserver son identité ? ses valeurs?

On parle en général de choc quand deux cultures différentes se rencontrent. C’est le cas lorsqu’on immigre dans un pays étranger, qui culturellement est très éloigné de notre environnement habituel. Nous rentrons  en contact avec des personnes qui ont d’autres manières de vivre et de penser. Leurs habitudes, pratiques, et croyances sont tout à fait différentes des nôtres.

Or, dans notre milieu naturel, nous sommes habitués à penser et à nous comporter d’une certaine façon. Les choses se font naturellement, sans se poser de questions.

Une personne ayant grandi en Afrique trouvera tout à fait normal de rendre visite à son voisin, ou de parler avec des inconnus dans la rue ou dans un taxi. Par contre, la même personne qui grandit en Europe ou en Amérique aura un rapport différent avec les inconnus et le voisinage.

Toute société produit une culture spécifique, en fonction de son propre vécu et de ses propres codes.

D’après Berry (1994), l’acculturation est un changement d’identité résultant du contact entre des groupes ethniques ou culturels différents. Ces transformations de l’identité d’origine ont lieu dans le cadre d’une confrontation entre des codes culturels hétérogènes, occasionnant parfois des tensions internes (crise identitaire, remise en cause de soi …), mais aussi externes (conflits avec les représentants de la culture dominante ou avec les pairs).

Plus la culture de l’autre est éloignée de la mienne, plus le choc sera élevé. C’est pourquoi un camerounais se sentira moins perdu au Gabon qu’en Allemagne ou en France.

Comment trouver le bon équilibre?

En terre d’immigration, nous utilisons tous des stratégies d’adaptation ayant pour but de rétablir un certain confort psychologique et une identité cohérente.

L’autre nous fragilise car il nous oblige à regarder en nous mêmes et à questionner le pourquoi de nos croyances et comportements. Nous le trouvons différent, mais lui aussi  nous trouve étrange.
La confrontation à notre milieu d’accueil nous fait prendre conscience qu’il existe d’autres manières d’être au monde, parfois fondamentalement différentes de ex que nous avons toujours connu. Ce qui génère un stress important et fragilise nos points de repère habituels.

Choisir une stratégie d’adaptation devient dès lors une question de survie identitaire.

Selon la théorie de l’acculturation de Berry (Sabatier et Berry, 1994), les individus confrontés au contact culturel se poseraient deux questions : est-ce important de maintenir son identité culturelle ? Est-ce important de promouvoir des relations positives avec l’exogroupe ?

Les quatre combinaisons de réponses à ces questions produisent quatre orientations identitaires différentes :

1- L’intégration

Lorsque  l’individu désire maintenir sa culture d’origine et en même temps acquérir certains éléments de l’autre culture.

2- La séparation

L’individu désire maintenir sa culture mais rejette le contact interculturel avec la société d’accueil.Mais si cette absence de relation avec la société d’accueil est imposée par cette société elle-même, on parle plutôt, dans ce cas-là, de la « ségrégation ».

C’est l’origine du choix (choix libre ou imposé) qui détermine ici la stratégie (séparation ou ségrégation) ;

3- L’assimilation

L’individu rejette la culture d’origine et adopte la culture étrangère.

4- La marginalisation

Se caractérise par un rejet de sa propre culture et de la culture dominante.

Une orientation d’assimilation peut parfois mener à une identité marginale. C’est le cas lorsque l’individu qui se sépare de son groupe d’origine et tente de s’assimiler à une autre collectivité échoue parce qu’il est rejeté par celle-ci.

Toutefois, ces stratégies ne sont pas gravées dans de la pierre, elles peuvent changer et évoluer avec le temps.

Pourquoi se soucier des stratégies d’adaptation ?

Parce qu’elles impactent nos choix de vie à différents niveaux:

  • l’éducation des enfants
  • la conception du mariage ou du couple
  • les rôles féminins et masculins dans la famille
  • La conception de la réussite
  • Le choix du conjoint ou de la conjointe
  • Les relations entre les générations (parents et enfants, enfants et grands-parents)
  • etc

Les immigrés qui ont adopté une stratégie de “séparation” organisent leurs vies selon les principes et valeurs propres à leur culture d’origine. Ils ne font pas de compromis ou alors très peu.

Par exemple, l’éducation des enfants ou le rapport entre l’homme et la femme est calqué sur le modèle traditionnel. Pas de place pour le féminisme 

Par contre, les immigrés ayant adopté la stratégie “d’intégration” seront plus enclins à remodeler leur vision des choses et à intégrer les éléments de la culture d’accueil qu’ils trouvent pertinents. Ils se remettent facilement en question.

Pareil pour le choix du conjoint, il est préférable de privilégier une personne ayant opté pour la même stratégie d’adaptation que vous, au risque de vous retrouver face à des incompréhensions et des incompatibilités dans la définition de vos objectifs.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise stratégie, chacun choisit celle qui est cohérente avec l’identité qu’il souhaite construire.

Et les enfants nés ici ?

Le cas des enfants nés à l’étranger est toutefois différent, car ils sont de prime abord acculturés.
Ils grandissent et évoluent au sein d’une culture occidentale ou américaine. Et même si à la maison, on les éduque « à l’africaine », ils sont plus influencés par la société que par le milieu familial.

Ils se sentent souvent plus “français” que “sénégalais” ; jusqu’au jour où ils réalisent que pour les autres, ils seront toujours considérés comme des « étrangers ».

C’est à ce moment qu’ils vont vivre une crise identitaire majeure. Ils ne se sentiront pas tout à fait d’ici, ni tout à fait de là-bas.

D’où l’importance de leur faire connaitre leur pays d’origine au fur et à mesure qu’ils grandissent. Ils ont plus besoin de repères que nous, qui sommes nés et avons grandi au pays.

Bl@ckPsy

Mere celibataire africaine

Laisser une Réponse

Votre adresse email ne sera pas divulguée.