Les solitudes de la mère célibataire d’origine africaine – réflexions et conseils

 

S’il est vrai qu’être célibataire ne veut pas toujours dire être seule, la mère célibataire est tout de même susceptible de vivre une solitude à plusieurs niveaux.

1- La solitude dans la maternité

En Afrique, une femme enceinte est la plupart du temps accompagnée, soutenue et conseillée, par sa famille et ses proches. Sa mère ou ses tantes lui expliquent comment faire pour être une bonne mère.  Et quand elle accouche, elles sont également présentes pour la soutenir pendant les premiers mois et lui montrer comment prendre soin de son bébé. En cas d’erreurs, la nouvelle maman est vite corrigée.

C’est ainsi qu’elle apprend les astuces et les savoirs faire qui lui permettront de remplir convenablement son rôle de parent.

Dans son milieu d’origine, la femme africaine peut donc bénéficier d’une préparation, et à la maternité (grossesse et accouchement) et à son rôle de mère.

Une fois immigrées, les femmes retrouvent rarement cet accompagnement familial. Surtout les immigrées de la première génération. Elles n’ont pas de famille sur place.
Celles qui ont les moyens peuvent faire venir leur maman, leur tante ou leur sœur du pays pour un soutien temporaire ou permanent.

Il est toutefois possible de compter sur un réseau local (amies, cousines, associations, médecin, …) pour se faire aider. Chacune a ses supports.

Qu’à cela ne tienne, beaucoup de choses devront être apprises sur le tas.

La grossesse, tout comme l’accouchement vont se vivre de manière totalement différente.

2- La solitude dans la parentalité

Une mère célibataire éduque ses enfants toute seule, sans la présence de leur père, ou d’un homme à la maison. Elle joue donc simultanément le rôle de père et de mère, et doit constamment jongler entre les deux pour rester cohérente aux yeux de sa progéniture. Dans cette configuration, asseoir son autorité et se faire obéir n’est pas chose aisée. Surtout quand les enfants deviennent adolescents.

Voilà pourquoi certaines mères ne savent plus parler…elles crient … tout le temps. Et plus elles crient, moins les enfants écoutent.

La maman célibataire  est donc la principale source de transmissions vis à vis de ses enfants, c’est elle qui leur transmet  les valeurs morales, personnelles, sociales ou culturelles.

Elle ne pourra leur apprendre que ce qu’elle sait et ce en quoi elle croit.  L’absence de père la prive des possibilités de confronter son jugement et ses choix, et par conséquent,  de se remettre en question.

3- La solitude dans la féminité

La mère célibataire souffre parfois de solitude affective et sexuelle. Elle n’a pas d’homme à ses côtés pour lui donner de l’affection et surtout de la tendresse.

Ce qui occasionne une frustration qui à la longue, peut avoir des répercussions non négligeables sur son humeur et son mental.
Une mère craque moins facilement quand elle a une épaule solide sur laquelle se reposer.

Certaines femmes trouveront tant bien que mal une solution, soit en adoptant des amants de passage, soit en entretenant des relations éphémères ou platoniques.

Malheureusement, une mère célibataire est une proie facile pour certains hommes sans scrupules. Ils pourront se servir de cette faiblesse pour profiter d’elle et lui causer encore plus de tort. Elle  se doit donc de rester vigilante et de bien réfléchir avant de laisser entrer un homme dans sa vie ou dans son lit.

4-  L’isolement social

Je parle ici d’isolement et non de solitude car il existe une nette différence entre les 2.
L’isolement renvoie à l’absence totale d’interactions sociales. Or, le besoin de socialisation fait partie des besoins fondamentaux de tout être humain. Nous ne sommes pas faits pour vivre isolés.

Pourtant, beaucoup de mères célibataires s’isolent volontairement ou se retrouvent isolées par la force des choses. Elles ne sortent pas et ont peu d’amies.

Absorbées par le quotidien et les enfants, elles n’ont aucune vie sociale. A la longue, elles sont coupées de tout, souffrent en silence, et ne peuvent se confier à personne. D’où la fatigue chronique, le burn-out ou encore la dépression.

5- La solitude familiale

Si la mère travaille trop, ou a des horaires décalées, il est fort probable qu’elle voie peu ses enfants. Son emploi du temps ne lui permet pas de passer du temps avec eux.

Et quand bien même, elle est à la maison, elle doit encore s’occuper des tâches ménagères, des courses et autres. Quoique, une mère peut avoir du temps mais ne pas être proche de ses enfants, pour plusieurs raisons.

Certaines femmes ont la chance d’avoir leur famille élargie (parents, sœurs ou frères) sur place ou pas très loin. D’autres par contre, n’ont personne, ou alors ne s’entendent pas avec leurs proches. Ils ne se rendent pas visite et se côtoient peu ou pas du tout.

6- La solitude financière

Tout le monde l’aura compris, une famille monoparentale vit en général sur un seul salaire ou sur un seul revenu, celui de la mère. Elle gère toutes les dépenses sans aucune aide extérieure. Et même dans les cas où elle reçoit des allocations ou des pensions alimentaires, ce n’est pas souvent suffisant pour tenir tout le mois. Il faut bien constamment  faire des acrobaties pour parvenir à joindre les 2 bouts.

Certaines femmes ont toutefois les ressources suffisantes pour s’en sortir mais gèrent très mal leur budget. Ou alors , mettent leurs priorité ailleurs.

Au-delà des moyens disponibles, il y a plus important encore, la bonne gestion financière.

Conclusion

Toutes les mères célibataires ne vivent pas forcément toutes ces formes de solitudes. Mais en général, chacune en vivra au moins une.

Tout ce que je décris est plus transposables aux mères célibataires qui n’ont pas fait le choix de cette situation. Pour les mères célibataires par choix conscient et réfléchi, c’est parfois moins compliqué car elles se sont préparées à cette situation et arrivent à très bien gérer.

Quelques conseils pratiques pour les mamans solos

– Pour celles qui n’ont pas choisi de devenir mère célibataire, il est bon de savoir qu’une séparation ou un divorce peut vous causer une blessure importante. Si vous vous êtes sentie blessée, il est très important de prendre le temps de guérir. Tant que vous en voulez à votre ex, vous ne pouvez pas tourner la page.

On peut se séparer de quelqu’un mais rester « attaché » aux blessures qu’on a eues avec cette personne.

Faites le point et débarrassez-vous de toutes les pensées et émotions négatives que vous entretenez encore au sujet de votre histoire. PARDONNEZ-VOUS, pour vos erreurs, et PARDONNEZ-LUI également.  Un éminent penseur a dit un jour : « il n’y a pas de personne méchante, il n’y a que des personnes souffrantes ».

Ne renoncez pas à la vie de couple, si l’occasion vous est donnée, refaites votre vie. Un homme à la maison, c’est bon pour tout le monde. Mais attention! ne choisissez pas n’importe qui.

Réservez des moments pour vous, même en restant à la maison : Reposez-vous, pratiquez votre hobby, allez voir des amies, ayez des loisirs.

Prenez soin de votre corps, ça améliorera l’image que vous avez de vous-même : Nourrissez-vous convenablement, dormez suffisamment et faites-vous belle peu importe les circonstances. Faites du sport si possible.

Rapprochez-vous de vos enfants : Ne vous isolez pas tous dans la maison, chacun dans sa chambre, réservez un temps pour discuter, échanger et partager de bons moments. Regardez un film familial tous ensemble à la télé, sortez vous promener, demandez-leur comment était leur journée à l’école, intéressez-vous à eux.
Et si vous avez des soucis, ne vous défoulez pas sur eux. Quand vous leur dites NON, expliquez pourquoi, ils vous comprendront mieux. S’ils sont assez grands, organisez votre quotidien en les impliquant, déléguez certaines tâches. Non seulement vous leur apprendrez la valeur du travail, mais vous pourrez ainsi relâcher la pression et souffler un peu.

Ne vous isolez pas, rapprochez-vous des mères célibataires comme vous, côtoyez les mamans des copines ou copains de vos enfants à l’école, des voisines qui ont des enfants du même âge. Faites un effort pour des promenades en famille de temps en temps, participez aux évènements festifs. Si possible inscrivez vos enfants à des activités qu’ils aiment, ça vous fera du temps libre pour vous.

Créez-vous un réseau social sur lequel vous pouvez compter en cas de difficultés. Faites-vous des amies. Demandez de l’aide quand vous êtes dans le pétrin. N’ayez aucune honte, ne cachez pas vos souffrances. Renseignez-vous sur les groupes/associations dans votre commune, région, quartier. Et participez à leurs activités.

Ne refusez pas l’aide du père de vos enfants, s’il le propose avec de bonnes intentions. Laissez-le participer tant que ça ne vous nuit pas. Ne l’éloignez pas.

– Et quand vous choisissez un homme, vérifiez qu’il ait du respect pour vous et qu’il vous apporte ce dont vous avez réellement besoin.
Pour un enfant, le plus dur n’est pas de vivre avec ses parents séparés, mais de perdre l’attention du parent qui lui reste.

On ne le dira jamais assez : un enfant a besoin de beaucoup d’amour et de parents heureux.

Faites-leur une fleur, et prenez soin de vous.

Bl@ckPsy

Mere celibataire africaine

8 Commentaires

  • Ovocytemoi Répondre

    J’ai beaucoup aimé ce post. Cela m’aidera pour la suite. Je l’ai mis en favori.

    • blackpsy Répondre

      Super alors !
      Merci à toi

  • fatou Répondre

    Tous les articles sont super intéressant ! c’est vraiment une idée géniale. Bravo et merci blackpsy !

    • blackpsy Répondre

      Merci Fatou.
      Bienvenue et bonne lecture. N’hésitez pas à laisser des commentaires.

  • Anna Répondre

    J’ai mieux compris mon passé, mon vécu et aujourd’hui ces choses que je ne voudrais tellement pas voir arriver avec ma fille. Je dirais juste lorsqu’on avait pas prévu d’être mère célibataire, ce qui aide aussi c’est d’avoir véritablement voulu son enfant et de pouvoir s’en rappeler tous les jours. Ma fille est une grâce dans ma vie et j’en profite au max. Merci pour le partage.

    • blackpsy Répondre

      Je suis contente que ça ait pu t’aider. 🙂

  • Pingback:Des mots qui soignent des maux ! | Ednancy

    • blackpsy Répondre

      Ce fut un plaisir partagé.

      Merci Ednancy.

Laisser une Réponse

Votre adresse email ne sera pas divulguée.